Article premier

par Arthana  

Lors d'un voyage en Inde, les trois premières questions qu'on vous posera inévitablement sont, dans l'ordre : Where do you come from ? How long staying in India ? And what do you do in your country ? En guise d'introduction, voici donc quelques éléments de réponse.

Je suis une parisienne ou presque qui rêvait de découvrir les différents visages de l'Inde, je n'ai pas une grande connaissance historique ou culturelle du pays et c'est donc de facon naturelle et avec assez peu d'a priori que mon regard se pose chaque jour sur Mother India. Combien de temps je compte rester, c'est la grande question qui semble tarauder tout le monde ! Seulement impossible de répondre et c'est sans doute mieux comme ca, quoi qu'il en soit je suis pour l'instant installée à Mamallapuram, Tamil Nadu. Quant à ce que je faisais avant en France, et bien je pensais au jour où je reviendrai en Inde... ;)

Plage de Mamallapuram
Plage de Mamallapuram © Koshyk cc Flickr


Tout le monde vous le dira, l'Inde : c'est fou, c'est dingue, incroyable, "on adore ou on déteste" ; L'antiquité côtoie le XXIe siècle dans un joyeux chaos, les époques comme les émotions se télescopent sans transition ou presque et donne au nouveau venu cette impression de liberté inconditionnelle. C'est mon troisième séjour en Inde du Sud et si je commence a me sentir familière des lieux, je sais que tout reste a apprendre. Chaque jour ici équivaut a plusieurs leçons de vie à tous les niveaux alors, je me réjouis de parcourir ce chemin et d'en conter quelques morceaux choisis.

La semaine qui vient de s'écouler est une semaine comme les autres et pourtant j'ai l'impression d'être assaillie d'informations. Il y a quelques jours à peine, l'Inde a envoyé son premier engin spatial vers la lune. Chandrayaan-1 semble avoir trouve sa vitesse de croisière en orbite, tandis que sur la terre ferme elle fait la fierté de toute une nation. Pendant ce temps là, le courant saute régulièrement ici à Mamallapuram du entre autre chose aux inondations que connait la région en période de mousson, rien de comparable cependant avec ce qu'a subi le Bihar il y a quelques semaines. D'un point de vue extérieur et aux vus des ravages engendres, on pourrait se demander pourquoi aucunes mesures concrètes ne sont réellement prises pour canaliser/évacuer les flux torrentiels apportes par la mousson puisqu'il s'agit d'un phénomène récurrent, mais ce serait penser l'Inde avec une temporalité qui n'est pas la sienne ; J'aurais l'occasion d'y revenir plus tard.

L'événement du jour c'est Diwali ou Deepavali, fêté à travers toute l'Inde et ici vécu essentiellement comme une occasion de faire péter un maximum de crackers. Bien sûr il y a aussi le côté familial, cadeaux, sweets et pujas, mais ce matin aux alentours de 6h, c'était bien de pétards style mammouth dont il était question, mes oreilles s'en rappellent encore. Cette semaine le Time of India rapportait la mort de 29 personnes dont une dizaine d'enfants à Barathpur, Rajasthan dans l'explosion d'une maison servant de stockage à de la poudre explosive employée précisément dans la fabrication des crackers. C'est hélas le genre de tragédie dont ce genre d'événement aux proportions démesurées ne peut se passer, rappelons que Diwali est considérée dans certaines parties de l'Inde comme le nouvel an même si les attributions varient selon les états. Aussi connu en tant que fête des lumières, on s'accorde en tous cas sur l'ampleur du phénomène et son origine mythologique selon laquelle le prince Rama serait revenu victorieux de son combat avec le démon.

Enfin pour terminer cette première note en ce jour de réjouissance, je ne peux m'empêcher de penser à tous les tamouls du Sri Lanka otages de leur propre pays. Le ministre des affaires étrangers, Pranab Mukherjee, parle cette semaine dans The Hindu de 200.000 personnes déplacées au cours du conflit et redoute une vague de départs vers le Tamil Nadu. Des accords de paix ne semblent, hélas, pas à l'ordre du jour et il semble que les populations devront encore endurer des conditions de vie proches de l'enfer pendant un certain temps.

Puissent les lumières de Diwali éclairer les esprits obtus et illuminer toutes les vies qui ne demandent qu'à sourire.

Happy Diwali à tous.

2 commentaires

Commentaire de: Nathalie [Visiteur]
Nathalie

Quelle jolie approche de l'Inde : douce, prudente et pourtant entière. J'ai lu et relu cet article avec grand plaisir.
Que chacune de ces leçons te libère davantage, car l'esprit défait ses chaînes devant la simplicité de la vie.

31.10.08 @ 20:33
Commentaire de: [Membre]
Arthana

Merci ! Pour un premier commentaire c'est plutot encourageant, et motivant.
Je vais me remettre a la tache tres vite :p

04.11.08 @ 12:19


Formulaire en cours de chargement...